En savoir plus sur l’AOP du Pic Saint Loup

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Véritable phare ancré à la garrigue, montagne sacrée de l’Est Héraultais, le Pic Saint Loup incarne surtout une appellation languedocienne qui monte, qui monte. Tels deux colosses de calcaire, face à face, le causse de l’Hortus et le Pic Saint-Loup (658m) servent de toile de fond à ce vignoble, situé à une vingtaine de kilomètres de Montpellier. Découvrez  toute l’histoire de l’AOP Pic Saint Loup !

Découvrez l’histoire de l’AOP/AOC Pic Saint Loup

Déjà présente à la préhistoire, développée par les Romains puis par les moines… En Pic Saint Loup, la vigne existe depuis la nuit des temps ! D’abord intégrées à la polyculture, les plantations viticoles s’accélèrent même si les hommes ne font guère fortune sur ces coteaux, à faible rendement.

Dès les années 1970, ils sont une poignée à détecter le potentiel du terroir :

20 ans plus tard, le Pic Saint Loup devient une dénomination géographique dans l’appellation Coteaux du Languedoc puis Languedoc et entame une démarche de hiérarchisation. Récompense d’un travail acharné d’arrachages et de replantations, d’investissements et de règles drastiques, ce terroir réputé a décroché le graal par arrêté du 31 janvier 2017.

Réservée aux vins rouges et rosés, l’AOC marque le début d’un nouveau chapitre : le Pic Saint Loup entend bien se décliner en blanc… et aller plus loin dans l’expression de lieux dits.

Quelques dates à retenir

  • 1931 : création du syndicat des vignerons ;
  • 1955 : obtention du label VDQS ;
  • 1960 : regroupement de 13 VDQS sous l’AOC Côteaux du Languedoc ;
  • 1984 : le Pic Saint Loup devient une dénomination géographique ;
  • 2007 : création de l’appellation Languedoc ;
  • 2017 : création de l’AOC Pic Saint Loup.

Une appellation inscrite dans une véritable dynamique humaine

Regroupant aujourd’hui plus de soixante-dix domaines, contre une demie douzaine en 1990, l’AOC Pic Saint Loup a le « vin » en poupe ! Si certaines exploitations se sont transmises de génération en génération depuis le XVIIème siècle, l’appellation doit une partie de son succès à l’apport de sang neuf. Celui de jeunes ou néo vignerons venus d’autres régions qui se sont installés entre les années 1990 et 2002… Ou plus récemment !

Où se trouve l’appellation Pic Saint Loup ?

L’AOC du Pic Saint Loup est doté de toutes les caractéristiques qui font le prestige d’un grand terroir :

  • le climat ;
  • les sols ;
  • le relief ;
  • le vignoble ;
  • des vignerons talentueux.

Cette appellation d’origine contrôlée se situe à environ 10 kilomètres au nord de Montpellier et à une trentaine de kilomètres des rivages de la mer Méditerranée. Le terroir se distingue par sa garrigue sauvage, son vignoble séculaire, son riche patrimoine et une tradition viticole transmise génération après génération.

L’AOP s’étend sur une aire géographique de plus de 1500 hectares et comprend 17 communes dans le secteur des Matelles, de Saint Mathieu de Tréviers, de Claret ou encore d’Assas.

Découvrez le cahier des charges draconien de l’AOC Pic Saint Loup

Les vignerons ont poussé le bouchon très loin, en privilégiant la syrah, une densité de plantation plus élevée (5 500 pieds minimum par hectare), un rendement limité à 45 hl/ha, et des mesures agri environnementales. Cerise sur l’AOC, les vins rouges doivent en outre, être élevés au moins jusqu’au 1er juillet de l’année qui suit celle de la récolte afin d’affiner leur structure et de révéler tous leurs arômes.

Chiffres et données clefs de l’appellation

  • Superficie de production : environ 1 500 hectares
  • Aire géographique de production : 14 communes et 3 pour partie (Les Matelles, Saint-Gély-du-Fesc, Le Triadou, Saint-Jean-de-Cuculles, Cazevieille, Saint-Mathieu-de-Tréviers, Valflaunès, Corconne, Sauteyrargues, Lauret, Claret, Fontanès, Sainte-Croix-de-Quintillargues, Vacquières, Assas, Guzargues, Brouzet-lès-Quissac)
  • Nombre de producteurs sur le terroir : 50 viticulteurs et 3 caves coopératives
  • Production annuelle : environ 40 000 hectolitres
  • Rendement moyen : environ 40 hl/h
  • Couleurs produites : rouge et rosé

Une AOP traversée par un trait géologique majeur

Traversant le cru du Nord au Sud, la D17 sert de fil conducteur aux terroirs du Pic Saint Loup. Et pour cause. Elle correspond à la faille dite des Matelles ou de Corconne, autour de laquelle les terroirs se sont articulés à l’issue de grands événements géologiques : le plissement des Pyrénées puis la naissance de la Méditerranée après l’effondrement de cette chaîne montagneuse !

Un terroir viticole aux sols pluriels

Adossé aux Cévennes, le vignoble grimpe jusqu’à 300m d’altitude, dans un écrin de garrigue et de pinèdes. Au delà de formations originales comme la gravette de Corconne, la combe de Mortiès ou le plateau de Cazevieille, les vignerons pianotent en majorité, sur des terrains argilo-calcaires du Crétacé inférieur. Face à l’Est, la ligne « historique » de côte n’est sans rappeler la Bourgogne, avec ses éboulis sous falaises. S’y ajoutent des calcaires durs sur la côte secondaire et des sols marno calcaires en contrebas.

Un aire d’appellation baignée par un climat singulier

Une pluviométrie marquée, une température moyenne annuelle plus basse et de grandes amplitudes thermiques l’été, entre le jour et la nuit : pas étonnant que ce vignoble soit l’un des plus septentrionaux de la région ! Résultat ? Une vigne préservée du stress hydrique et des raisins qui mûrissent lentement. Avec dans le verre, un supplément de fraîcheur, de finesse et d’expression aromatique.

André Leenhardt et son fils Quentin au château de Cazeneuve

Les 3 cépages stars de l’AOP Pic Saint Loup

A côté du grenache, détenteur de la mémoire du Pic Saint Loup et du puissant mourvèdre, la syrah, reine de la vallée du Rhône Nord, a trouvé ici terroir à son pied. Mariée à au moins l’une de ces deux variétés, elle doit entrer à hauteur de 50 % minimum dans les rouges et 30 % dans les rosés. Cinsault, counoise, morrastel voire carignan (pour les rouges) et grenache gris (pour les rosés) complètent avec brio, l’assemblage de certaines cuvées.

AOP Languedoc ou IGP, la complexité des blancs résulte souvent de l’association entre plusieurs cépages bien choisis.

L’AOC Pic Saint Loup en chiffres

1 000 hectares en production

17 communes constituant le territoire de l’appellation (Assas, Cazevieille, Claret, Fontanès, Guzargues, Lauret, Les Matelles, SainteCroix-de-Quintillargues, Saint-Gély-du-Fesc, Saint-Jean-de-Cuculles, Saint-Mathieu-de-Tréviers, Sauteyrargues, Le Triadou, Vacquières et Valflaunès dans l’Hérault ; Brouzet-lès-Quissac et Corconne dans le Gard)

40 000 hectolitres produits en moyenne chaque année dont 90 % en rouge

Grandeur nature

Déjà engagés dans de bonnes pratiques environnementales, les vignerons du Pic Saint Loup ont cosigné la Charte de Fontevraud aux côtés de la Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup, pour assurer la défense des paysages viticoles et développer une offre œnotouristique de pleine nature.

Les petites légendes de l’appelation

Le Pic Saint Loup aurait donné son nom au golfe du Lion, en raison de sa forme, pareille à celle du félin couché, tandis qu’au Moyen Âge, une princesse vivant à Saint-Martin-de-Londres aurait promis aux trois seigneurs amoureux d’elle, d’épouser le plus vaillant. Apprenant sa mort à leur retour de croisade, ils décidèrent de vivre en ermite, chacun sur l’un des monts encadrant le village. Loup, Guiral et Clair allumaient un feu, à Noël, pour signaler leur présence. Jusqu’au jour où il n’y eut plus aucune flamme. Chaque sommet fut ainsi baptisé en leur mémoire.

A vos agendas !

Début juin, Les Vignes Buissonnières proposent une déambulation au cœur du vignoble, rythmée par des accords entre vins du cru et mets d’un grand chef. Mi-octobre, place à la Festa de la Vendemia dont les expositions et animations investissent les rues de Valflaunès.