LES CÉPAGES

 

Les vins rouges représente la production la plus importante avec environ les 2/3 des vins élaborés.

Il va de soit que les vins sont exclusivement issus des vignes situées dans l’aire d’appellation ! D’après le récent cahier des charges, les vins rouges  sont issus au moins de deux cépages dont un des cépages principaux : syrah (majoritaire) grenache et mourvèdre et, facultativement ou avec un maximum de 10 % de cépages accessoires : cinsault, carignan (cépages emblématiques du Languedoc-Roussillon). Les rendements sont fixés à 45 hectolitres par hectare maximum (pour des vignes de plus de 6 ans).La commercialisation des vins ne peut se faire qu’à compter du 15 juillet qui suit l’année de récolte.

De nombreuses particularités climatiques et des sols majoritairement calcaires sont propices à l’élaboration de grands vins.

Les vignerons nous proposent des grandes cuvées structurées et fines, qui après une ou deux années (voire plus) d’élevage en barriques, possédant un potentiel de garde intéressant. Certains vignerons nous proposent également de grandes cuvées  élevées non plus en barriques mais dans des contenants plus importants (foudre, cuve tronconique en bois) ou dans d’autres contenants (cuve ovoïde en béton, amphore, …). 

Mais ils élaborent également des cuvées plus tendres, moins structurées, très élégantes et plus accessibles à des tarifs inférieures aux grandes cuvées. Comme pour les blancs, d’autres cuvées locales en rouge avec une IGP (Indication Géographique Protégée – en effet l’appellation ne fait pas toujours le vin !) sont jugées intéressantes et qualitatives. Elles peuvent être composées d’un ou plusieurs cépages local (carignan noir par exemple) ou hors appellation (merlot par exemple).